Koralie & Supakitch projet editorial

Édition sur les deux artistes, Koralie et Supakitch, retraçant leurs parcours et leurs créations au fil
des années.

 

2017

SupaKitch & Koralie sont des artistes plasticiens et urbains .

 

Koralie, née en 1977, est originaire d’un village en petite Camargue. Peindre, dessiner et maquetter sont sa passion depuis l’enfance. Elle fait ses études d’architecture à Montpellier (1995-2001), en parallèle elle commence à exposer et réalise sa première peinture dans la rue en 1999 et devient une des premières femmes françaises à s’exprimer illégalement in situ.

SupaKitch, né en 1978, est originaire de la banlieue Parisienne. Il peint pour la première fois sur les murs à l’âge de 12 ans. Il fait des études de graphisme, puis travail dans des agences de pub le jour et fait du graffiti la nuit. Il commence à mélanger les techniques sur les murs à la fin des années 90 : bombes, pinceaux, pochoirs, collages et circuits-imprimés.

Ils se rencontrent en 2001, à l’occasion d’une fresque qu’on leur avait demandé de peindre ensemble. À partir de ce moment, ils ne se quittent plus et deviennent un couple dans l’art comme dans la vie.

Ils sont aujourd’hui installés sur la côte basque avec leurs 2 enfants, après avoir passé 4 ans à New York et 4 ans à Paris.

 

SupaKitch & Koralie développent chacun un travail personnel et une carrière indépendante, mais ils fusionnent leurs styles, leurs univers artistiques, leurs inspirations et leurs savoir-faire, pour la réalisation de leurs fresques.

Ils conjuguent les techniques comme le pochoir à la bombe de peinture ou l’acrylique au pinceaux, et se servent de leur goût commun pour les voyages, l’art deco et l’observation de la nature (géométrie des végétaux) pour créer leurs oeuvres élégantes et poétiques sur le béton des villes.

 

Koralie mélange des éléments de différentes origines : motifs folkloriques et ethniques de différents pays, éléments architecturaux et rituels animistes, traditionnels et contemporains.

Elle a mis en place une technique de pochoirs qu’elle définit comme un nouveau langage de création. Elle a imaginé et réalisé toute une gamme d’éléments graphiques indépendants qu’elle peut assembler, superposer et répéter pour composer ses rosaces kaléidoscopiques et ses palmiers multiculturels.

 

SupaKitch travaille le rythme et la composition en s’inspirant « des formes de la matière » (The Shape Of Matter). Les mouvements aléatoires de l’eau créés par la houle, le dessin de ses reflets créé par le soleil. Le sable et ses formes créés par le vent, les strates et les nervures de la roche témoignant de l’épreuve temps.

L’or apporte l'atmosphère de la lumière chaleureuse du soleil d’un sunrise ou d’un sunset au bord de l’océan. Une interprétation abstraite des ses ressentis lors de ses sessions de surf, traduit en matière picturale grace à la résine teintée dans la masse, l’acrylique et la feuille d’or, dans son atelier puis reproduit sur les murs à l’acrylic et à la bombe de peinture.

 

Au bout de 18 ans de travail en commun sur les murs, ils ont trouvé un rythme et un équilibre harmonieux, mélangeant géométrie architecturale et végétale, minérale et organique. Ils créent par la complémentarité de leur travail si singulier et par une maitrise des surfaces et profondeurs, vides et pleins, ombres et lumières, un 3ème travail artistique, une oeuvre plus riche qui raconte une nouvelle histoire. Une alliance paradoxale abstraite et narratives pour créer des horizons oniriques.

Ils peignent leurs fresques aux quatre coin du monde (New York, Paris, Rome, Cape Town, Götheborg, Franckfort, Los Angeles … ), à taille humaine ou gigantesque, pour des institutions, des entreprises (restaurants, hôtels … ) ou des collectionneurs privés. Leur processus est souvent monté en vidéo, certaines ont été vus entre 50 000 et 2 millions de fois sur internet.